Les Juifs des nations étrangères veulent vraiment être enterrés en Israël

Lorsque le père de Carole Nino est décédé il y a quelques années, il s'est rendu compte que le cercueil enterré dans un cimetière à Paris ne serait pas là pour longtemps. Nino, directeur d'école à Paris, a déclaré que leur tombe avait été achetée il y a plus de 30 ans. Les parcelles seront vendues pour une durée limitée en raison de la pénurie de sépultures en France.
Les familles qui ne renouvellent pas leur contrat convenu devront effectuer un paiement supplémentaire, ou le corps de leur être cher sera retiré du tombeau avant d'être enterré dans un charnier. Nino a décidé de régler la question en ramenant les restes de son père en Israël pour l'enterrement. Il admet qu'ils n'ont jamais parlé de la mort dans leur famille et que leur défunt père n'a jamais dit comment ni où il voudrait être enterré. Il a ensuite rejoint d'autres membres de la famille pour enterrer leur défunt père à Ashkelon, en Israël.
L'histoire du père de Nino n'est que l'une des milliers de résidents étrangers qui ont fait le voyage de retour en Israël. Les rapports du ministère israélien des Affaires étrangères indiquent que le nombre de ceux qui sont morts dans des pays étrangers et qui ont ensuite été enterrés en Israël est passé à 1590 en 2016 par rapport aux 850 enregistrés en 2007. Cela inclut les Israéliens décédés pendant leurs vacances.

Histoire des lieux de sépulture juifs

Ya’akov Zvi Levin et Miriam, qui ont visité Israël au fil des ans, ont décidé qu'Israël serait leur dernier lieu de repos. Leurs tombes dans le cimetière du mont Scopus, à Jérusalem, sont là depuis le début des années 90. Leurs parents, qui ont visité leurs tombes à une date ultérieure, ont déclaré qu'ils se sont assurés d'acheter leurs parcelles tôt. Beaucoup de noms américains peuvent être trouvés dans les tombes israéliennes suivis par la France, la Grande-Bretagne, le Canada, la Belgique et la Russie dans cet ordre. Beaucoup de Juifs croient qu'être enterré en Israël leur donnera une passe directe vers le ciel, mais le rabbin Jacob Ruza diffère en disant que l'emplacement des morts n'a pas d'importance dans la seconde venue du Messie.

Surmonter la bureaucratie

Plusieurs entreprises qui s'occupent de ramener des Juifs morts à l'étranger de l'enterrement ont vu le jour ces dernières années. Ils insistent pour donner aux familles juives du décédé la tranquillité d'esprit dont ils ont besoin et assurent également aux autres l'enterrement dans leur pays d'origine. Cependant, certains Juifs insistent pour que leurs corps soient incinérés et des cendres enterrées en Israël, selon Alon Native, qui est le directeur général du corps funéraire laïque. Jérusalem a le record le plus élevé d'enterrements pour les étrangers par rapport à d'autres endroits. Les juifs de pays étrangers préfèrent Jérusalem comme lieu de repos final, déclare Chananya Shachor. Beaucoup d'entre eux achètent leurs tombes alors qu'ils sont encore en vie.

Prix

L'argent est toujours un facteur clé de considération parmi de nombreux Israéliens qui ont couvert leurs frais d'inhumation. Les prix des sépultures varient également selon des lieux de sépulture et des services offerts. Les prix élevés des sépultures ont été un sujet de préoccupation dans diverses régions d'Israël en raison du manque de terres ou d'espace suffisant pour enterrer. Cela a même déclenché un débat au sein de l'Assemblée législative israélienne, populairement connue sous le nom de Knesset due au fait que selon des statistiques la réduction du nombre de parcelles vendues aux étrangers a été diminué. Le projet du loi n'a pas passé. De nombreux Israéliens étrangers ont pris et continuent de prendre les choses en main pour s'assurer que leurs membres de famille sont enterrés dans leur pays juif natal.

Les Juifs des nations étrangères veulent vraiment être enterrés en Israël

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *